Localisez nous !
Contact
standard
08 90 71 07 11
Urgences
maternité
02 51 86 86 58
Contact
materniteam
02 51 86 78 09

Spécialité Anesthésie-Réanimation

Nos spécialitésChirurgicales

Prenez votre rendez-vous en un clic

Les médecins anesthésistes-réanimateurs assurent :

  • la consultation pré-anesthésique
  • les anesthésies générales et locorégionales chez l’adulte et l’enfant
  • le suivi post-anesthésique, la continuité des soins médicaux, en hospitalisation classique ou en ambulatoire, et au sein de l’Unité de Surveillance Continue (USC) pour les pathologies complexes.

Les documents suivants peuvent être téléchargés : 

Trouvez un praticien
grâce à
NOTRE ANNUAIRE

Prendre rendez-vous

Information

Avant votre hospitalisation

 

Préparer votre consultation

 La consultation d’anesthésie est obligatoire et doit être réalisée au moins 48h avant votre intervention.

Vous pouvez prendre votre rendez-vous en ligne sur le site https://anestbreteche.fr ou via le secrétariat d’anesthésie au 02.98.43.53.12 de 8h à 19h du lundi au vendredi.

La consultation d’anesthésie préopératoire est un moment important dans votre prise en charge. C’est au terme de la consultation que le type d’anesthésie sera défini ainsi que les adaptations de vos traitements concernant l’intervention vous seront prescrits. Pensez donc à apporter vos ordonnances, vos derniers résultats sanguins, carte de groupe sanguin et dernières consultations spécialisées (cardiologue, pneumologue, endocrinologue…) afin de gagner du temps et d’éviter de nouveaux examens inutiles.

Pour préparer votre consultation, un questionnaire est fourni par votre opérateur. A défaut vous pouvez le télécharger pour l’imprimer ici .

Vous pouvez également lire la feuille dinformation sur l’anesthésie.

A préparer pour la consultation d’anesthésie :

  • Ordonnance de vos traitements
  • Examens complémentaires
  • Consultations spécialisées
  • Questionnaire d’anesthésie rempli
  • Autorisation d’opérer (signée par les deux parents) pour les mineurs (ou majeurs sous tutelle) que vous pourrez trouver

Préparer votre entrée à la clinique

 Le jour de votre entrée, il est impératif de respecter les consignes de jeûne pré opératoire qui vous seront données en consultation d’anesthésie. Sauf indication contraire en consultation d’anesthésie, vous pouvez manger jusqu’à six heures et boire de l’eau jusqu’à deux heures avant l’heure d’entrée à la clinique si vous entrez le jour de l’interventionDe même, pour votre sécurité, il est important de ne pas fumer au moins 6 heures avant votre entrée.

Chez vous, prenez une douche simple avec votre savon habituel ou avec un savon antiseptique sur prescription du chirurgien. Pas de crème hydratante, pas de piercing, pas de bijoux, pas de maquillage…

Respectez les consignes données en consultation d’anesthésie. Les traitements à arrêter vous serons signalés en consultation d’anesthésie. D’une manière générale, prenez votre traitement habituel le jour de l’entrée même si vous devez être à jeûn (avec un peu d’eau).

Lors de votre entrée, pensez à apporter l’ordonnance de votre traitement ainsi que les résultats des examens complémentaires que vous avez réalisés: prise de sang, analyse d’urine, carte de groupe sanguin, consultations cardiologiques…

Apportez les bas de contention qui vous ont été prescrits.

Pour les hospitalisations de plusieurs jours, pensez également à amener de quoi occuper votre esprit: lecture, musique, ordinateur 

Votre anesthésie

 

Qu’est ce que l’anesthésie ?

L’anesthésie est un ensemble de techniques qui permet la réalisation d’un acte chirurgical, obstétrical ou médical (endoscopie, radiologie…), en supprimant ou en atténuant la douleur pendant et après l’intervention dans des conditions optimales de sécurité. Il existe plusieurs types d’anesthésie : l’anesthésie générale, l’anesthésie locorégionale et la sédation.

Après l’anesthésie

 

En fin d’intervention vous serez conduit(e) dans une salle de surveillance post-interventionnelle (salle de réveil) pour y être surveillé(e) de manière continue avant de regagner votre chambre ou de quitter l’établissement après réveil complet.

En savoir plus

1 – L’anesthésie générale

Cette technique produit un état comparable au sommeil. Elle nécessite l’injection de médicaments par voie intraveineuse ou l’inhalation de vapeurs anesthésiques (anesthésie au « masque » chez l’enfant notamment). Pendant votre sommeil vos paramètres vitaux sont surveillés et notés sur un document comportant l’ensemble des produits administrés qui sera archivé dans votre dossier. La prise en charge de votre respiration est assurée par un appareil spécifique appelé respirateur. Un dispositif (sonde d’intubation ou autre) permet d’assurer la respiration après la perte de conscience.

Pendant toute la durée de l’anesthésie, vous êtes sous la surveillance d’un médecin anesthésiste-réanimateur ou d’un infirmier anesthésiste (IADE) qui travaille en étroite collaboration avec le médecin anesthésiste.

La sédation :

C’est une technique permettant de diminuer les sensations douloureuses et/ou de modifierl’état de conscience. Cela ressemble à un sommeil très léger avec une modification des sensations et de la notion du temps.

L’hypnose :

Il s’agit d’un état de conscience modifié permettant soit seul soit associé à une anesthésie locale d’effectuer certains examens ou interventions simples.

2 – L’anesthésie loco-régionale

Elle permet au moyen de différentes techniques d’insensibiliser une partie du corps sur laquelle vous devez être opéré. Son principe est de bloquer transitoirement le fonctionnement des nerfs de cette région en injectant à leur proximité un anesthésique local. Une anesthésie générale peut être associée ou devenir nécessaire, notamment en cas d’insuffisance de l’anesthésie loco-régionale.
Lors de certains actes de chirurgie plastique, gynécologique, abdominale ou orthopédique, ces techniques d’anesthésie vous seront proposées dans un but d’analgésie post-opératoire afin d’améliorer votre confort après l’opération. L’anesthésique local sera injecté à proximité du nerf au moyen d’un appareil d’échographie.

Rachianesthésie et analgésie péridurale :

La rachianesthésie et l’analgésie péridurale sont deux formes particulières d’anesthésie loco-régionale où le produit anesthésique est injecté à proximité des nerfs qui sortent de la moelle épinière.

La rachianesthésie peut être utilisée pour toute chirurgie intéressant le membre inférieur : chirurgie orthopédique de la hanche, du genou, du pied, la chirurgie plastique reconstructrice ;  ainsi que pour certaines interventions courtes de gynécologie (hystéroscopie, chirurgie vulvaire)

La péridurale peut vous être proposée pour le traitement de la douleur post-opératoire afin d’améliorer votre confort, par exemple après une chirurgie gynécologique ou digestive.

La péridurale est réalisée lorsque vous êtes reveillé et ensuite associée à une anesthésie générale.

BIS (bloc interscalénique) pour la chirurgie de l’épaule :

Le bloc interscalénique est presque toujours proposé comme analgésie pour la chirurgie de l’épaule en complément de l’anesthésie générale. Ce bloc est habituellement réalisé patient réveillé, juste avant l’anesthésie générale. A votre réveil votre épaule est « endormie » durant plusieurs heures afin de vous soulager et d’améliorer votre confort.

Les blocs  sciatique et saphène :

Les blocs sciatique et saphène s’adressent à la chirurgie ou l’analgésie des membres inférieurs, par exemple pour la chirurgie complexe du pied ou de la cheville (arthrodèses) et du genou (prothèse de genou).

Le bloc de pied :

Le bloc de pied est une technique qui offre une excellente analgésie pour toute la chirurgie de l‘avant pied (Hallux valgus par exemple). L’infiltration des 3 ou 4 nerfs  responsables de la sensibilité du pied permet de vous opérer sans avoir nécessairement recourt à une anesthésie générale.

Les blocs de paroi : 

Les bloc de paroi (bloc du muscle transverse, bloc des muscles interpectoraux, bloc du muscle carré des lombes) sont habituellement réalisés sous anesthésie générale, sous contrôle échographique, et vont permettre de diminuer sensiblement l’utilisation de morphine pendant l’intervention et à votre réveil et vont ainsi procurer un réveil de bien meilleure qualité. Ils sont utilisés le plus souvent pour certaines interventions de chirurgie plastique et reconstructrice,  de chirurgie digestive, et de chirurgie gynécologique.

3 – Analgésie péridurale pour l’accouchement

Lors de votre consultation, il vous sera proposé d’avoir recourt à l’analgésie péridurale pour votre accouchement (en l’absence de contre-indication médicale). Le but de l’analgésie péridurale est de diminuer les sensations douloureuses liées aux contractions et d’améliorer votre confort. L’objectif n’est pas de supprimer toutes les sensations. Vous pouvez pouvoir conserver une certaine mobilité. La consultation d’anesthésie est le moment privilégié pour faire part à l’anesthésiste de interrogations et de vos souhaits quant à la  péridurale.

Comment choisir anesthésie générale ou locorégionale ?
Les complications liées à l’anesthésie générale ou à l’anesthésie loco-régionale ne sont pas les mêmes, mais au final sauf antécédents particuliers, aucune technique ne parait plus risquée qu’une autre. Chacune de ces techniques a des avantages et des inconvénients spécifiques. Lors de la consultation d’anesthésie, le médecin anesthésiste vous orientera et vous incitera à choisir la technique la plus adaptée à votre cas.

Le patient est impliqué dans la RAAC

RAAC : Réhabilitation Améliorée Après Chirurgie

Cher patient, Chère patiente,

Les procédures de réhabilitation améliorée après chirurgie sont un ensemble de mesures visant à réduire le stress (ou agression) chirurgical afin de rendre les suites opératoires moins compliquées.

La durée de l’hospitalisation varie théoriquement de quelques jours à plus de deux semaines.

Votre rôle dans cette prise en charge est primordial. Votre participation commence dès les premières consultations médicales, avant l’opération pour se poursuivre après, et même au-delà du séjour à la clinique. Vous devenez un acteur de vos soins tout au long de cette période.

Vous êtes impliqué(e) directement dans la procédure de récupération précoce de la manière suivante :

AVANT L’INTERVENTION

  • En participant, si votre état de santé l’exige à cette phase de préparation à la chirurgie appelée préhabilitation : programme de nutrition preopératoire, activite physique, méditation/yoga, sophrologie.
  • Arrêt du tabac ou de la consommation de toxiques.
  • Anticiper la sortie avec votrecadre de vie : faire ses courses, arranger son planning, informer sa famille, anticiper des soins ou des procédures liés à la convalescence.
  • Si les conditions personnelles ne permettent pas une sortie rapide de l’hôpital toutes les mesures nécessaires doivent être prises bien avant la programmation de l’intervention pour trouver une solution adéquate.
  • En ayant lu et compris le principe des procédures de prise en charge.
  • En s’engageant à participer activement aux procédures comme l’arrêt du tabac par exemple, la douche ou l’absence de maquillage ou de bijoux.
  • En suivant les prescriptions de boissons claires (éventuellement sucrées) jusqu’à deux heures avant l’intervention et respecter le jeûne préopératoire.
  • En prenant, en accord avec l’équipe médicale, toutes les mesures pour une sortie de la clinique dès que les conditions sont réunies.

PENDANT L’OPERATION :

  • Les techniques chirurgicales et anesthésiques permettent la plupart du temps une réhabilitation rapide avec des techniques de moins en moins invasives et des produits d’anesthésie avec une élimination rapide.
  • La prémédication sédative et anxyolitique n’est plus systématique.
  • Des transferts en chaise peuvent être proposés.
  • On pourra vous proposer, si votre état le permet de boire dès la salle de réveil.

APRÈS L’OPÉRATION ET PENDANT VOTRE SÉJOUR À LA CLINIQUE :

  • En vous levant du lit dès que possible le jour de l’opération, avec l’aide de l’infirmière pour le premier lever.
  • En suivant, autant que possible, les prescriptions de réalimentation (repas et boissons) rapide.
  • En quittant la chambre pour marcher dans le couloir du service dès que possible.
  • En appuyant, le cas échéant, sur le bouton de l’appareil anti-douleur chaque fois que nécessaire.
  • En signalant tout évènement anormal.

APRÈS VOTRE SORTIE DE LA CLINIQUE :

  • En vous efforçant de retrouver aussi rapidement que possible vos activités habituelles.
  • En contactant le médecin traitant ou le chirurgien référent chaque fois que nécessaire.

Bien cordialement

Les équipes médicales et les infirmières RAAC.